Camping : quel terrain pour construire un camping ?

La réussite d’un camping ne dépend pas seulement de la possession de tente(s) ou des matériels et équipements adéquats. Acheter un terrain ou une parcelle en vue d’y hériger un campement ou un devient un bon deal pour les amoureux de camping. Les caractéristiques du terrain peuvent être déterminantes pour s’offrir de joyeux moments.

Les caractéristiques du terrain pour un camping réussi

Le terrain devra être choisi en fonction de son emplacement. Vous pouvez avoir décidé d’aller en campagne, très loin de la ville ou de ne pas trop vous en éloigner. A vous de voir. Un autre exemple : le choix d’un terrain pour camper trois jours sera forcément différent de celui de trois mois de séjour. Certains campeurs peuvent se montrer très regardants côté pollution. Il serait alors intéressant d’examiner si le terrain en vue n’a pas été, récemment contaminé ou si dans la région, il n’y a pas d’activités à effets polluants. Il est aussi important de choisir le terrain en fonction de son relief. Un terrain plat devrait être plus propice à un camping qu’un sol en pente. Il est toujours avantageux d’en tenir compte afin de déterminer le type d’équipements à acquérir. La superficie du terrain pourrait déterminer, aussi votre engagement ou non.

La réglementation en vigueur

C’est le plan local d’urbanisme qui réglemente, en France les hébergements de loisirs. Un simple camping en dehors des terrains particulièrement définis par la législation ne cause aucun problème. Pourtant, les choses peuvent devenir plus compliquées si vous avez l’ambition d’y installer une caravane ou une construction légère. Ces types d’installation sont régis par le Code de l’urbanisme. L’article R. 111-41 du Code de l’urbanisme énumère certains terrains prévus spécifiquement et interdit leur occupation pendant une durée dépassant les trois mois. Ce sont : « parcs résidentiels de loisirs spécialement aménagés à cet effet, autres que ceux créés après le 1er octobre 2007 et exploités par cession d’emplacements ou par location d’emplacements d’une durée supérieure à un an ; villages de vacances classés en hébergement léger en application du code du tourisme ; terrains de camping régulièrement créés ».

Pour le faire, il faudra alors requérir une autorisation préalable délivrée par le maire de la commune et approuvée par le Préfet, au nom de l’Etat.

Des conseils pour profiter de son terrain de camping

On n’acquiert pas une parcelle pour habitation de la même manière qu’un terrain pour camping. L’autorisation est plus indispensable encore dès qu’il y a plus de vingt campeurs ou plus de six tentes ou caravanes à la fois. Aussi, le campeur est-il exonéré de l’obtention d’un permis de construire.
De plus, en fonction de la spécificité de ce projet, l’engagement à l’achat ou à la location d’un tel domaine doit être un acte mûrement pensé. Vous devriez également choisir le terrain en tenant compte de sa proximité avec un point d’eau, par exemple. Cela dépend de vos projets. Si votre idée est de faire du jardinage, un cours d’eau vous serait utile. Que ce soit dans le cadre d’une parcelle à vendre ou juste d’une proposition de location de terrain, les caractéristiques ci-dessus exposés sont importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *